La ville de Marrakech accueille la deuxième édition du festival du livre

Le Festival du livre de Marrakech

Le Festival du livre de Marrakech a tenu sa deuxième édition les 22 et 23 avril 2017. Ce fut l’occasion pour 70 écrivains d’origines arabe et francophone de se rencontrer au centre culturel Dar Attakafa. Selon Joshi Guitton, l’un des créateurs du festival, il y a un réel besoin de développer la littérature au Maroc. On se rend compte que de nombreux auteurs francophones du Maroc sont assez intéressants, pourtant ils ne sont pas connus, ni en France ni au Maroc. La première édition du festival du livre de Marrakech a permis de mettre en évidence ce besoin. Comme lors de la première édition, le président d’honneur était Pierre Bergé, ancien compagnon d’Yves Saint-Laurent, qui est aussi un acteur majeur dans la promotion et la préservation du patrimoine traditionnel du Maroc sur le site http://cityguide-marrakech.blogspot.com/. C’est par ses efforts que le festival a vu le jour, il finance également cet événement.

Parmi les autres personnes influentes liées au festival du livre de Marrakech, nous retrouvons la chanteuse Sapho, qui est la marraine de l’événement, ainsi que l’ancien présentateur d’origine française Patrick Poivre d’Arvor qui a été parrain lors de la dernière édition du festival. Cette place est due au fait qu’il jouit d’une grande culture littéraire internationale, de plus il connait bien le Maroc et les Marocains. En une édition, le festival a réellement évolué, en passant de 45 à 70 auteurs présents cette année. Ils étaient marocains, subsahariens, français, à la fois arabophones et francophones. Tous les lecteurs ont trouvé leur compte, que ce soit les lecteurs jeunes ou les passionnés de documentation ou de littérature destinée au grand public. Cette année, l’invité d’honneur de l’événement était le Franco-Congolais Alain Mabanckou, il est auteur et a reçu le prix Renaudot en 2006. Il a pu parler de l’isolement de l’Afrique sur le plan culturel.

À l’extérieur du centre culturel à Marrakech, les auteurs ont pu rencontrer leur public en leur faisant notamment des dédicaces de leurs ouvrages. Au sein du centre culturel, des cafés littéraires ont été organisés, ainsi qu’une quinzaine de tables rondes animées par des professionnels. Le Conseil national des droits de l’Homme au Maroc a pris le temps de présenter ses nombreux ouvrages. Les visiteurs, notamment les élèves, ont pu rencontrer l’auteur Gaël Aymon qui leur a présenté la littérature de jeunesse, afin de les ouvrir à la littérature. Les visiteurs ont aussi eu droit à des calligraphes, des relieurs et des conteurs qui leur ont permis de découvrir la littérature différemment. Précisons que la visite du festival est entièrement gratuite, l’objectif étant de rendre le festival accessible à tout le monde.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>